• France
  • Suisse

Veillée silencieuse CSI – de petits groupes montrent leur grande solidarité avec ceux qui sont persécutés à cause de leur foi

07 janvier 2021

Le jeudi soir 17 décembre 2020 a eu lieu pour la neuvième fois consécutive la veillée silencieuse de CSI en faveur des personnes persécutées à cause de leur foi. Dans plus de trente localités, les participants se sont rassemblés pour donner, durant la période de Noël, un signe visible aux chrétiens et aux membres d’autres minorités religieuses persécutés dans différents pays. En raison de la pandémie, les veillées silencieuses ont été organisées en petits groupes.



En raison des restrictions dues au Covid-19, la veillée silencieuse a été annulée en tant que grand rassemblement public. En lieu et place, quelques volontaires engagés se sont réunis dans le cadre autorisé. Pendant une demi-heure, ils ont attiré l’attention sur la persécution des chrétiens et des membres d’autres minorités religieuses dans différents pays.

Différentes limites maximales

Dans de nombreux endroits, un maximum de cinq ou dix personnes était autorisé à se rassembler pour la veillée silencieuse, dans d’autres, plus de participants étaient admis. À Thoune, par exemple, une trentaine de personnes se sont retrouvées.

Un message clair

Ayant la distance sociale requise entre eux, les participants de la veillée silencieuse tenaient une bougie à la main et portaient des pancartes autour du cou. Certains messages appelaient à la « Paix pour le Nigeria » ou à la « Liberté de religion pour l’Inde ». D’autres participants ont témoigné sur leur panneau que l’amour est plus fort que la terreur. Les passants ont jeté un coup d’œil intéressé à ces petits rassemblements silencieux.

Cette année, la veillée silencieuse, organisée par Christian Solidarity International (CSI), a eu lieu pour la neuvième fois. Le directeur de CSI-Suisse, le Dr John Eibner, a rappelé combien il est important de défendre les personnes persécutées à cause de leur foi, surtout en ces temps difficiles pour nous : « Dans de nombreux pays, la marginalisation des chrétiens et des membres d’autres minorités religieuses s’est encore aggravée en raison de la pandémie du Covid-19. L’intolérance pour motif religieux et la violence qui en résulte augmentent à un rythme alarmant dans le monde entier. Je remercie tous les volontaires en Suisse et en France qui ont organisé la veillée silencieuse dans ces conditions difficiles. Ce faisant, ils ont envoyé un message clair en faveur de la liberté de religion. »

Radio Maria a tenu une veillée silencieuse spéciale pour tous ceux qui sont restés à la maison et n’ont pas pu y participer physiquement. Cela a offert une possibilité précieuse d’intercéder avec tous les participants en faveur des personnes persécutées à cause de leur foi.

Reto Baliarda

Désirez-vous également organiser une veillée silencieuse dans votre région ? Nous comptons sur vous, n’hésitez pas à nous contacter ! 031 971 11 45 ou info@csi-suisse.ch


Entretien avec Tabea Bolli : « Je ne peux être indifférente au sort de mes frères et sœurs dans la foi qui sont persécutés. »

Tabea Bolli, nous vous remercions d’avoir organisé la première veillée silencieuse à Winterthur. Qu’est-ce qui vous a motivées ?

J’avais le profond désir de m’engager en faveur de mes frères et sœurs dans la foi persécutés dans le monde entier. Jésus déclare dans l’Évangile selon Jean : « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Si je suis indifférente à l’égard du sort de mes frères et sœurs persécutés, comment puis-je alors être un témoignage pour Jésus ? Si nous, les chrétiens qui jouissons de la liberté de religion, sommes la voix des croyants persécutés, alors notre amour devient visible et nous pouvons être reconnus comme de ceux qui suivent Jésus.

À cause des restrictions cantonales liées au Covid-19, la veillée silencieuse à Winterthur n’a pas pu rassembler plus de dix personnes. Était-ce un défi pour vous ?

Les choses se sont bien passées malgré le Covid-19.

Comment avez-vous vécu la veillée silencieuse ?

J’ai été touchée par le fait que plusieurs personnes y ont participé sans s’être annoncées, même s’il s’agissait de la première veillée silencieuse CSI à Winterthur. L’atmosphère était à la méditation, car nous étions placés devant un sapin de Noël décoré et les rues étaient illuminées par des étoiles de Noël.

Êtes-vous prêtes organiser à nouveau une veillée silencieuse en 2021 ?

Très volontiers. Je suis convaincue que de nombreux habitants de Winterthur partagent l’idéal véhiculé par la veillée silencieuse.


Entretien avec Brigitte Brunner : « La veillée silencieuse à Wattwil en a valu la peine. »

Brigitte Brunner, nous vous remercions d’avoir organisé la première veillée silencieuse à Wattwil. Qu’est-ce qui vous a motivées ?

Je reçois régulièrement le bulletin CSI qui me touche beaucoup. Quand un appel à organiser une veillée silencieuse a été publié, je me suis sentie tout de suite concernée. C’est ainsi que j’ai décidé d’organiser une veillée à Wattwil.

À cause des restrictions cantonales liées au Covid-19, la veillée silencieuse à Wattwil n’a pas pu rassembler plus de dix personnes. Était-ce un défi pour vous ?

Dans un premier temps, il y a eu une certaine confusion à ce propos. Mais personnellement, je n’avais aucun doute : sauf en cas d’interdiction absolue, je voulais faire le pas et permettre à la veillée silencieuse d’avoir lieu. J’ai même été surprise quand j’ai constaté que nous étions précisément dix participants ! Cela a confirmé que mon engagement en valait la peine.

Comment avez-vous vécu la veillée silencieuse ?

C’était un événement particulier. Il n’y avait pas beaucoup de monde dans les rues et les règles de distanciation nous interdisaient de compter sur le fait que des personnes pourraient nous approcher. Mais j’ai fait le pas et abordé un jeune couple qui se tenait debout à côté de nous. Ils étaient tous les deux très impressionnés et intéressés. En leur parlant, j’ai appris que le jeune homme était un réfugié syrien de Damas. Il trouvait extrêmement positif que nous nous mobilisions pour les personnes persécutées.

Êtes-vous prêtes organiser à nouveau une veillée silencieuse en 2021 ?

J’espère que j’en aurai la force. J’y suis en tout cas totalement ouverte.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.