• Bangladesh

Une aide pour les enfants de la rue fragilisés par la pandémie

25 septembre 2020

À Dhaka, capitale surpeuplée du Bangladesh, environ 600 000 enfants vivaient dans la rue au moment du confinement. Ils survivent grâce à de petits travaux. Au cours des deux derniers mois, le partenaire de CSI William Samadder a pu offrir une demeure provisoire à quelques-uns de ces enfants et ainsi les protéger du danger de la rue.



À cause du confinement décrété pour lutter contre la propagation du Covid-19, la pauvreté au Bangladesh s’est aggravée. Les enfants en sont les premiers touchés. Sans aucune source de revenu, les enfants de la rue sont forcés de mendier. Le danger est grand que nombre d’entre eux tombent dans la criminalité organisée ou deviennent victimes de la traite des êtres humains.

Repas pour cent enfants

Outre de nombreux autres programmes, l’organisation partenaire de CSI « Engage Bangladesh » gère un foyer pour les femmes défavorisées. Au plus fort de la pandémie, l’organisation a décidé d’ouvrir les portes à 70 enfants sans abri et d’offrir pendant deux mois des repas chauds quotidiens à 100 enfants. CSI, heureuse de pouvoir soutenir cette action, a mis à disposition des moyens financiers pour la literie, les repas et les produits d’hygiène et a embauché plus de personnel dont une cuisinière et des animateurs pour les enfants.

Ce programme, limité dans le temps, a commencé début août 2020 et dure jusqu’à la fin septembre. Plusieurs enfants sont déjà retournés à leur ancien mode de vie ; ils sont reconnaissants de pouvoir, en cas d’urgence, retourner dans le foyer, car ils savent que là, ils sont en sécurité.

Vie transformée

En peu de semaines, quelques-uns des enfants ont connu une transformation étonnante, à l’exemple de Boishakhi. Enfant d’une mère célibataire, la jeune fille vivait dans la rue, avec seulement une bâche en plastique pour se protéger de la pluie. Sa mère vendait des bouteilles et du plastique qu’elle trouvait dans les poubelles. Boishakhi ne va pas à l’école, mais aide sa mère ou fait la vaisselle dans un restaurant routier.

Le 2 août, Boishakhi est arrivée dans le foyer des partenaires CSI. La fillette démunie a été accueillie et prise en charge avec affection par les responsables. Elle a reçu un nouvel habit. « En seulement trois semaines, Boishakhi s’est épanouie. Son état de santé s’est aussi visiblement amélioré », raconte Samadder avec fierté.

Un autre enfant de la rue, Roton, a également bénéficié de l’action d’aide des partenaires CSI. Sa mère travaille chez des particuliers. Mais durant son travail, Roton n’a pas le droit d’être avec elle. C’est pourquoi il passe toute la journée avec des amis dans les bidonvilles.

CSI est reconnaissante de l’aide urgente que ses partenaires apportent aux enfants de la rue à Dhaka afin d’améliorer leur situation.

Morven McLean et Reto Baliarda

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Bangladesh