• Suisse

Un nouveau chef des finances

01 avril 2020

Markus Weber appartenait depuis longtemps au conseil de fondation. Il fait désormais partie de l’équipe CSI depuis janvier 2020, comme responsable des finances et de l’administration. Il est également membre de la direction. Dans cette interview, il explique comment il a rejoint CSI et quels sont ses autres centres d’intérêt.



CSI : Tu es déjà étroitement lié à CSI depuis longtemps. Comment cela a-t-il commencé ?

Markus Weber : Dans mes jeunes années, j’ai travaillé comme missionnaire dans la capitale du Soudan, Khartoum. Là-bas, je suis entré en contact avec des Sud-Soudanais qui cherchaient du travail. Vers le milieu des années 1990, j’ai appris que CSI était engagée dans la libération d’esclaves sud-soudanais et j’ai voulu en savoir plus. En 1998, j’ai pu m’envoler vers le Soudan pour participer à une libération d’esclaves.

Depuis lors, tu y es retourné plus de vingt fois. Quelles sont tes motivations ?

Pour moi, le Soudan (puis le Soudan du Sud depuis son indépendance en 2011) reste un pays qui me tient particulièrement à cœur parce que j’y ai vécu de nombreuses années.

As-tu un autre programme auquel tu tiens spécialement ?

Actuellement, c’est la situation au Nigéria qui me préoccupe beaucoup ; elle ressemble à celle du Soudan à plus d’un titre.

Tu es un passionné de marathon. Quelle mouche t’a piqué de t’engager là-dedans ?

C’est une histoire amusante : un croyant de mon Église que je ne connaissais pas m’a simplement dit qu’il me verrait bien comme compagnon d’entraînement pour un marathon. Aujourd’hui nous sommes devenus d’excellents amis.

Autre chose d’important dans ta vie ?

Assurément ma foi en Jésus-Christ. J’aimerais vivre une vie de plénitude en lui.

Tu faisais partie du conseil de fondation de CSI-Suisse. Qu’est-ce qui t’a motivé à devenir membre de l’équipe CSI ?

En tant que chrétiens, nous sommes appelés à nous engager en faveur des personnes qui souffrent. Quand j’ai vu l’offre d’emploi, je me suis senti appelé, car toutes les conditions me correspondaient.

À côté de cela, tu continues à diriger ta propre entreprise. Comment arrives-tu à concilier toutes tes activités ?

Cela est possible uniquement parce que le poste de CSI est à temps partiel. J’ai une très bonne équipe dans mon entreprise et je vais pouvoir y déléguer encore plus de tâches.

En tant que chef des finances, tu es responsable de l’affectation judicieuse des dons. Qu’est-ce qui te paraît particulièrement important dans cette tâche ?

Nous nous appliquons à utiliser les dons expressément pour la destination désirée par le donateur. En même temps, nous voulons employer les dons de la manière la plus efficace possible.

Qu’est-ce qui te paraît important dans le contact avec les donateurs ?

Chaque donateur a des intérêts différents, ce qui nécessite beaucoup de doigté pour les discerner. Il existe aussi en Suisse des donateurs qui veulent simplement soutenir une bonne cause sans forcément avoir davantage de contact. Pour nous, ces personnes sont aussi importantes que celles qui recherchent un échange personnel.

Adrian Hartmann


Biographie express

Markus Weber (1960), est diplômé en gestion et dirige sa propre société de consultant dans les domaines fiduciaire, immobilier et fiscal depuis 1996. Il habite avec son épouse à Rafz (ZH) ; ils ont deux enfants adultes.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.