• Viêt Nam

Un appel à l’aide

20 décembre 2014

Après des mois de brimades, de rafles et d’arrestations, l’Église mennonite vietnamienne demande l’aide de la communauté internationale. Protestez contre les injustices dont sont victimes les mennonites au Vietnam!



Les membres de la communauté mennonite de Ben Cat, au Vietnam, ont l’habitude d’être importunés. Mais depuis juin 2014, la situation s’est fortement dégradée. 

Il y a encore quelques années, la communauté mennonite se réunissait dans la métropole d’Hô Chi Minh-Ville. Son pasteur, Nguyen Hong Quang, n’est pas inconnu des autorités communistes: il a déjà passé plusieurs séjours en prison pour avoir pris la défense des minorités religieuses opprimées. En décembre 2010, les autorités ont exproprié la communauté et détruit le bâtiment qui lui appartenait. Depuis, les mennonites se réunissent dans la ville de Ben Cat, à environ 30 kilomètres d’Hô Chi Minh-Ville.

Ils y ont construit un nouveau centre où ont lieu les cultes, mais aussi des camps d’été pour enfants, des cours bibliques pour pasteurs et diverses activités de ce type. Pendant quelques années, les autorités les ont laissés à peu près tranquilles.

Rafle nocturne

La nuit du 9 juin 2014, les 76 étudiants qui se trouvent dans le bâtiment sont tirés de leur sommeil par les porte-voix de la police. Celle-ci exige qu’on la laisse entrer pour effectuer une «fouille de routine». Au même moment, des policiers en uniforme et en civil déferlent par la porte d’entrée, descendent des toits voisins et perquisitionnent dans le bâtiment «comme s’ils cherchaient un terroriste», raconte un témoin. Pendant la rafle, plusieurs véhicules passent devant le bâtiment: à leur bord, des casseurs qui saccagent les lieux, cassent les fenêtres et enfoncent les portes.

Les policiers frappent les personnes présentes. On déplore vingt blessés, dont plusieurs dans un état critique. Ensuite, ils emmènent tout le monde au poste de police pour ne les relâcher qu’au matin.

Le lendemain, l’accès au centre mennonite est barré. La police fouille ceux qui veulent y entrer. Et tous ceux qui quittent le centre sont suivis.
Dans la période qui suit, le centre est attaqué presque chaque nuit par des petites bandes de casseurs. La police convoque et interroge de nouveau 52 étudiants de l’école biblique, les harcelant pour qu’ils portent de fausses accusations contre les pasteurs et les dirigeants de la communauté mennonite vietnamienne. À la suite de ces événements, certains membres de la communauté reçoivent aujourd’hui encore des menaces téléphoniques.

Le gouvernement n’intervient pas

Le pasteur Nguyen a interpellé le ministre de la Sécurité publique et le chef de la police nationale au moyen d’une pétition signée par 58 responsables de l’église mennonite vietnamienne. Elle rend compte des traitements illégaux infligés par les autorités locales.

Mais les brimades n’ont pas cessé: on ne compte plus les attaques nocturnes de casseurs envoyés par la police, les rafles, les barrages et même les coupures d’eau et d’électricité pour empêcher la tenue de conférences et de cours bibliques. Le 12 novembre 2014, le bâtiment a de nouveau été pris d’assaut par une bande de vandales; des policiers assistaient à la scène et filmaient tout. Neuf membres de l’Église ont été arrêtés, dont deux pasteurs et le fils du pasteur Nguyen, parce qu’ils n’avaient pas leurs papiers d’identité sur eux. Or, ces documents leur avaient été confisqués par la police lors d’une rafle antérieure. 

Livrées sans défense au pouvoir arbitraire du gouvernement, les Églises mennonites vietnamiennes ont lancé un appel à l’aide aux organisations humanitaires et à l’ONU; elles demandent en outre un soutien international urgent. 


Sources: Morning Star News | Mennonite World  Conference

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.