Prison à vie pour les assassins de Malatya

06 octobre 2016

À Malatya, ville du sud-est de la Turquie, cinq Turcs ont été condamnés à une peine de prison à perpétuité, le 28 septembre 2016. Ils avaient assassiné les chrétiens évangéliques Tilmann Geske, Ugur Yüksel et Necati Aydin en 2007. Pour prévenir leur envie de fuir, les coupables n’ont été arrêtés que le 29 septembre 2016. Les proches des victimes sont soulagés.



Ce crime a choqué les chrétiens du monde entier : le 18 avril 2007, les cinq Turcs Emre Günaydin, Salih Gürler, Cuma Özdemir, Abuzer Yildirim et Hamit Ceker se rendent dans le bureau de la maison d’édition chrétienne Zirve. On les laisse entrer car ils semblent s’intéresser au christianisme. Mais ils ligotent les trois chrétiens présents : l’enseignant allemand Tilmann Geske et les deux Turcs convertis Ugur Yüksel et Necati Aydin. Ensuite les victimes sont interrogées sur leurs activités chrétiennes, torturées et finalement tuées de façon bestiale : les criminels leur tranchent la gorge.

Les coupables n’affichent aucun remord

Peu après, la police arrête les cinq suspects qui ont entre 19 et 20 ans. Les coupables ne semblent avoir aucun remord. L’un d’entre eux déclare qu’ils ont perpétré ce meurtre pour le bien de leur pays. Leurs défenseurs scandent le même refrain : ils n’ont même pas commencé à nier l’assassinat ; ils ont plutôt insisté sur la version selon laquelle les attaques mortelles de leurs clients avaient pour but d’arrêter les activités nuisibles des missionnaires chrétiens, activités qui détruiraient la Turquie et l’honneur de l’islam.

Un procès démoralisant

Suit un procès de plusieurs années qui est marqué par des luttes internes au sein du pouvoir politique. Avant la prononciation du verdict le 28 septembre 2016, 115 séances devant le tribunal ont été tenues pour ce cas d’assassinat cruel. De plus, les juges et les procureurs ont été changés à plusieurs reprises. Pour les membres des familles et les amis des victimes, ces conditions étaient décourageantes.

Craintes déclenchées par leur mise en liberté

Pour la communauté chrétienne en Turquie, la nouvelle du 10 mars 2014 est un choc : les cinq coupables sont libérés à cause d’une réforme de loi qui réduit, de dix à cinq ans, la durée maximale d’une détention provisoire. Cette nouvelle sur leur libération suscite de la peur et de l’insécurité chez les proches des victimes, car les coupables les ont auparavant menacés à plusieurs reprises. Trois des criminels portent des bracelets électroniques pendant leur libération conditionnelle, et les deux autres sont assignés à résidence ; mais cela ne parvient pas à diminuer la peur et les soucis des familles proches des victimes.

L’épouse de Gökhan Talas, le témoin principal et ami des trois victimes, souffre particulièrement : la nouvelle de la libération la conduit à une dépression nerveuse et elle doit être hospitalisée.

Les arrestations n’ont pas suivi immédiatement la condamnation

Sur le moment, le dispositif du jugement du 28 septembre 2016 est un coup de poing dans la figure des chrétiens menacés en Turquie : oui, il est vrai que les cinq coupables sont condamnés à une peine de prison à perpétuité sans possibilité de probation. Mais une fois la condamnation prononcée, les cinq peuvent quitter librement la salle d’audience et n’être arrêtés qu’après la procédure d’appel. 

Malgré cela, les cinq meurtriers sont quand même arrêtés le lendemain. Le procureur Burhanettin Olgun a exigé l’arrestation parce que, selon lui, il y avait un risque que les coupables prennent la fuite.

Les amis des trois chrétiens tués sont soulagés : « Nous nous sentons beaucoup mieux maintenant. Ils sont en prison. Nous nous sentons davantage en sécurité », dit Gökhan Talas.

Susanne Geske, la veuve de Tilmann Geske, a déclaré lors du congrès sur la persécution des chrétiens à Schwäbisch-Gmünd (Allemagne) en novembre 2015 que Dieu lui avait donné le cadeau de ne pas nourrir de pensées de haine, et elle a ajouté qu’elle était reconnaissante de voir ses trois enfants tenir ferme dans leur foi chrétienne.

Reto Baliarda

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.