Pour que les esclaves libérés ne meurent pas de faim

23 décembre 2018

La Sud-Soudanaise Nyanut (30 ans) reçoit de la semence de sorgho : elle se réjouit déjà de la prochaine moisson. Durant ses années de captivité, elle était constamment sous-nourrie, recevant uniquement les maigres restes de son maître. La nuit, la faim l’empêchait souvent de s’endormir.



Nyanut est encore une jeune enfant lorsqu’elle est enlevée, victime du jihad mené par les islamistes du Nord-Soudan (Soudan actuel). Au cours de sa vie d’esclave au service de Mohamed, elle est régulièrement battue et voilée. Cette jeune femme a vécu de nombreuses années d’horreur avant d’être enfin libérée et rapatriée par CSI.

Maintenant, Nyanut est au comble du bonheur. Elle aspire à une vie où personne ne la tourmente et où elle n’a pas besoin d’avoir peur de mourir de faim. Grâce à des donateurs fidèles comme vous, CSI a pu lui remettre du sorgho comme nourriture et comme semence. Si elle réalise une bonne moisson, elle ne souffrira pas de la faim en 2019, de la même manière que des centaines d’autres affranchis aidés par CSI.

Grâce à votre aide, nous pouvons distribuer du sorgho aux esclaves affranchis. Merci infiniment !


Pour que les esclaves libérés ne meurent pas de faim

Votre don permet d'apporter de l'aide dans différents domaines :

CHF 50 semences de sorgho pour un esclave affranchi
CHF 80 une houe et des semences (sorgho et cacahuètes) pour un esclave affranchi
CHF 160 des houes et des semences (sorgho et cacahuètes) pour deux familles
montant de votre choix
Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.