Miracle peut retourner à l’école

19 mai 2015

Des centaines de milliers de déplacés ont fui Boko Haram, la milice terroriste islamiste qui sévit au Nigéria depuis quelques années. Ils ont trouvé refuge au sud du pays, à Enugu par exemple. CSI aide les orphelins et les familles déplacées.



Miracle vivait avec sa petite sœur Mirabel et ses parents Joseph et Dorathy dans le Nassaraswa, un État situé au centre du Nigéria. « Nous connaissons l’importance d’une bonne formation scolaire et nous voulions envoyer nos enfants dans une bonne école, raconte Joseph. Par conséquent, malgré les atrocités commises contre des écoliers et des professeurs, nous ne nous sommes pas laissé intimider par le groupe terroriste Boko Haram (l’éducation occidentale est un péché) ».

« Dans notre région, il y a toujours eu des problèmes entre chrétiens et musulmans, mais nous pensions que l’on trouverait toujours un compromis. » Pourtant, un jour, l’école anglaise fréquentée par Miracle, la fille de Joseph et Dorathy, a été incendiée. « Nous avons alors envoyé notre fille dans une école de la ville voisine. Mais quand des écolières se sont fait enlever, nous avons gardé Miracle à la maison. »

Finalement, Boko Haram a mis le feu à tout le quartier où vivait la famille. Joseph et les siens ont d’abord trouvé refuge dans une caserne avant de partir pour Enugu, au sud du pays, où un bâtiment à l’abandon leur a servi d’abri. Ils n’avaient même plus de vêtements pour Mirabel, le bébé de la famille. »

L’aide de CSI pour un nouveau départ

Pour permettre à Joseph et Dorathy de prendre un nouveau départ à Enugu, CSI leur a fourni 2800 francs. Avec cet argent, la famille peut ouvrir une petite échoppe d’alimentation. Quant à Miracle, elle reçoit l’éducation dont ses parents rêvaient pour elle à l’école St-Léon. 

Miracle est l’une des cent enfants qui peuvent fréquenter cette école grâce à l’aide de CSI. Chacun de ces enfants aurait une histoire semblable à raconter. Ils ont tous dû se réfugier à Enugu à cause de Boko Haram. Au lieu de grandir dans un environnement marqué par la haine et la violence, ils ont ici la possibilité de vivre et d’apprendre dans la paix, afin de contribuer un jour – qui sait ? – à la paix dans leur pays. 

Luise Fast


Programme de CSI au Nigéria

CSI œuvre au Nigéria depuis mai 2013. De nombreux déplacés ayant fui le nord où sévit Boko Haram trouvent refuge à Enugu, au sud du pays. CSI permet aux enfants déplacés de se rendre à l’école, soutient un orphelinat et octroie des microcrédits pour aider les familles à se reconstruire une existence. À Madalla, une ville proche de la capitale Abuja, CSI prend en charge les frais médicaux des victimes d’un attentat de Boko Haram. Enfin, nous soutenons aussi des déplacés au nord du Nigéria (à Maiduguri et Yola) en leur fournissant des denrées alimentaires et des soins médicaux. En 2014, l’aide de CSI au Nigéria s’est montée à environ 300 000 francs.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Nigéria