• Syrie

Les travaux sont finis !

27 décembre 2020

Après plus de trois ans de travaux, l’école des sœurs franciscaines de Beni Suef en Égypte a pu enfin ouvrir sa section secondaire. Juste à temps pour le début de la nouvelle année scolaire 2020-2021.



« Les enfants sont tellement heureux qu’ils me disent sans cesse : « Ma Sœur, nous voudrions venir tout le temps à l’école ! » raconte sœur Nagat, responsable de la petite communauté des sœurs franciscaines de Beni Suef, à 110 km au sud du Caire, la capitale de l’Égypte.

Pour sœur Nagat, un rêve de longue date s’est réalisé cet automne avec l’ouverture de l’école secondaire : permettre enfin à une centaine d’élèves de finir leur scolarité obligatoire au sein de l’établissement. « Auparavant, ils devaient partir ailleurs, nous n’avions pas la place pour les garder jusqu’à la fin. C’était déchirant. »

Des enfants chrétiens et musulmans

En 2020, l’école des sœurs franciscaines de Beni Suef comptait 179 enfants en maternelle, 516 en primaire et 70 en première année de secondaire. Le nombre d’enfants musulmans et chrétiens est à peu près équivalent. Le corps enseignant est aussi mixte. Dans une région marquée par de fortes tensions intercommunautaires, cette école se veut un lieu d’apprentissage du « vivre ensemble ». Sœur Nagat est consciente de cette tâche : « Nous travaillons beaucoup avec les enfants, les enseignants et les parents sur ces questions. Je suis convaincue que l’expérience que les enfants font ici les accompagnera toute leur vie et les rendra meilleurs citoyens, imprégnés de respect mutuel. »

Cette approche a été celle de l’école depuis sa fondation en 1898. Mais elle a été marquée par plusieurs épisodes douloureux, le dernier en date remontant à 2013, après la destitution du président Mohammed Morsi, lorsque des partisans des Frères musulmans ont attaqué et incendié l’école, parmi de nombreuses autres institutions chrétiennes à travers le pays.

Un engagement intense

Depuis, l’école a été reconstruite, notamment grâce au soutien de CSI et de ses donateurs. La nouvelle section secondaire est un témoignage fort de la motivation inébranlable des sœurs franciscaines.

« Je n’ai pas les mots pour vous dire notre reconnaissance pour tout ce que CSI a fait et pour votre présence à nos côtés à travers toutes les difficultés auxquelles nous avons dû faire face. »

La responsable CSI pour le Moyen-Orient

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Syrie