• Viêt Nam

Les Montagnards chrétiens sont persécutés

21 octobre 2015

Au cours des derniers mois, une vague de répression s’est abattue sur les chrétiens dans les populations des Montagnards du centre du Vietnam. Les réfugiés sont menacés d’expulsion.



Depuis près de trois ans, le gouvernement communiste du Vietnam procède de façon de plus en plus répressive à l’égard des chrétiens parmi les Montagnards, ces peuples qui habitent les régions retirées des hauts plateaux centraux. Ils n’ont le droit de se réunir que dans des bâtiments appartenant aux Églises reconnues par l’État, que ce soit pour la prière ou pour le culte. Là, les fidèles sont sévèrement contrôlés par le régime: les sermons et toutes les activités religieuses doivent être d’abord étudiés et autorisés par l’État.

Battu jusqu’à perdre connaissance

Ceux qui, malgré cela, se réunissent dans des groupes de maison ou en plein air, doivent craindre de voir ces rencontres dispersées par la force. Des agents de sécurité convoquent d’abord les responsables en se faisant passer pour des sympathisants, avant de les torturer ou de les faire disparaître.

En juin 2015, un chrétien qui a pu fuir le Vietnam raconte à «Human Rights Watch»: «[Les agents de sécurité] m’ont même infligé des décharges électriques pour me faire parler. Ils m’ont roué de coups jusqu’à ce que je perde connaissance. Plus tard, ils m’ont menacé de m’arrêter à nouveau si je continuais à aller à l’Église.»

Outre ces actions de répression, les autorités villageoises poursuivent un programme ciblé pour tenter de faire changer de foi les chrétiens. On organise des événements forcés qui engagent chacun à retourner à ses anciens rites et aux traditions locales, comme le culte des ancêtres. 

Pourquoi une telle oppression?

La forte croissance du christianisme parmi les Montagnards est une épine dans le pied des autorités vietnamiennes qui craignent pour le monopole du pouvoir communiste: parmi les quelque un million de Montagnards, la moitié est aujourd’hui de confession évangélique, 200 000 autres sont catholiques et seuls 300 000 sont encore bouddhistes ou animistes. De plus, le régime craint la diffusion d’idéologies occidentales. En effet, lors des guerres en Indochine française (1946-1954) et au Vietnam (1964-1975), de nombreux Montagnards étaient les compagnons d’armes des régimes qui s’opposaient à l’avènement du communisme. Or ces régimes réfractaires étaient soutenus par la France et par les USA. Ainsi, les Montagnards sont considérés comme alliés potentiels de l’Occident et comme des points d’accès privilégiés pour l’influence de puissances occidentales.

Les autorités communistes du Vietnam veillent donc sévèrement à empêcher tout contact entre des étrangers et les Montagnards.

Max-Peter Stüssi 


La situation présentée par le rapporteur spécial sur la liberté de religion de l’ONU

Après s’être rendu sur les hauts plateaux au centre du Vietnam en juillet 2014, le rapporteur spécial sur la liberté de religion ou de conviction de l’ONU Heiner Bielefeldt a déclaré: «Le contrôle sévère exercé par le gouvernement sur les communautés religieuses signifie que l’autonomie et l’activité des communautés religieuses et de foi non reconnues par l’État sont menacées. Ainsi, le droit à la liberté de religion et de foi est gravement violé.» À cause de l’arrestation de plusieurs dissidents religieux, M. Bielefeldt avait finalement dû interrompre son voyage pour éviter d’autres arrestations.


Des réfugiés expulsés

Au cours de la première moitié de l’année 2015, au moins 54 réfugiés montagnards qui s’étaient cachés dans la jungle de la province frontalière cambodgienne de Rotanah Kiri ont été déportés de force au Vietnam par les autorités du Cambodge. Plus d’une centaine de demandeurs d’asile réfugiés dans la capitale cambodgienne Phnom Penh sont également menacés d’un rapatriement forcé. Des accords intergouvernementaux avec le Vietnam, notamment celui du 16 janvier 2015 entre le ministre de l’Intérieur du Cambodge et le ministre de la Sécurité publique vietnamien, prévoient le rapatriement automatique des réfugiés montagnards. Depuis fin avril 2015, environ mille gardes-frontières cambodgiens veillent au respect de ces accords. 

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.