• Turquie

Le Premier ministre turc veut accélérer l’action judiciaire contre le pasteur incarcéré

17 mars 2017

Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a exprimé sa volonté d’accélérer l’action judiciaire entamée contre le pasteur américain Andrew Brunson. M. Brunson est incarcéré depuis le 7 octobre 2016 parce qu’il est soi-disant une menace pour la sécurité nationale. Une avocate du pasteur craint que le gouvernement turc se serve de la détention d’Andrew Brunson comme moyen de pression, car le prétendu meneur du coup d’État, Fethullah Gülen, réside toujours aux États-Unis.



Andrew Brunson et sa famille ont vécu en Turquie pendant vingt-trois ans. Selon l’American Center for Law and Justice (ACLJ), ils n’ont rien à se reprocher. Malgré cela, le pasteur de l’Église de la Résurrection a été arrêté par les forces de l’ordre turques à Izmir le 7 octobre 2016. On lui reproche de soutenir le mouvement du prédicateur musulman, Fethullah Gülen, rendu responsable de la tentative du coup d’État de juillet 2016.

Binali Yildirim, le Premier ministre de la Turquie, a déclaré devant des journalistes américains : « Ce que nous pouvons faire pour l’instant est d’accélérer l’action judiciaire. Nous ne contrôlons pas les affaires de la justice, ce que vous appréciez sûrement. » Mais en même temps, M. Yildirim n’a pas caché sa frustration à la pensée que Fethullah Gülen, en exil aux États-Unis, ne soit pas encore extradé en Turquie.

La défense est entravée

Il est vrai que le Premier ministre souligne ne pas vouloir mettre en balance les deux cas que représentent MM. Gülen et Brunson. Néanmoins Mme Cece Heil, une avocate de M. Brunson craint que la Turquie retienne le pasteur comme otage pour un possible échange avec M. Gülen. Les avocats de l’ACLJ, desquels fait partie Me Heil, ont vérifié tous les contacts du pasteur qui, d’une manière ou d’une autre, pourraient être en relation avec le coup d’État ; mais ils n’ont trouvé aucun cas suspect. Il est cependant question d’un témoin secret. « Mais nous n’avons aucune information sur lui. Pour cette raison, il nous est difficile de préparer la défense de M. Brunson », déclare Me Heil. 

Les chrétiens sont-ils les boucs émissaires du coup d’État échoué ?

Dans une lettre adressée au secrétaire d’État des États-Unis Rex Tillerson, les avocats de M. Brunson accusent la Turquie d’avoir surtout mis en détention les chrétiens au cours de la vague d’arrestation des prétendus sympathisants du coup d’État. « Pourtant la Turquie est un membre de l’OTAN qui se glorifie de sa liberté de religion », remarque Me Heil.

Reto Baliarda

 

Sources : USA Today, ACLJ

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.