Le pasteur Saam fait face à une grande opposition

28 octobre 2019

Les mauvais traitements n’ont rien d’exceptionnel pour lui : le pasteur Saam a été battu dès son enfance. Comme responsable d’Église, il a échappé de justesse à une tentative de meurtre d’extrémistes hindous. Son Église est dans le collimateur de l’organisation extrémiste hindoue RSS. Malgré tout, il ne veut pas abandonner !



Au cours de notre dernier voyage en Inde, la responsable CSI Inés Wertgen et moi-même avons visité le pasteur Saam * et son épouse dans l’État fédéral du Tamil Nadu. Ce jeune couple est reconnaissant que leur communauté puisse encore célébrer des cultes malgré l’opposition quasi unanime.

Fidèle malgré l’oppression

Le pasteur Saam a déjà enduré de nombreuses souffrances dans sa vie. Sa mère est décédée alors qu’il avait 18 mois. Par la suite, il a été continuellement battu par sa belle-mère. Elle l’a contraint à travailler durement alors qu’il était sous-nourri. Dans sa lutte pour survivre, il devait régulièrement mendier de la nourriture chez les voisins.

Lorsque Saam est venu à la foi chrétienne, à 17 ans, ses voisins lui ont systématiquement refusé leur aide. Et quand il a refusé de payer la taxe du temple pour une fête hindoue, des extrémistes l’ont attaqué et frappé sauvagement.

Le jeune homme est cependant resté fidèle à sa vocation céleste et à l’âge de 23 ans, il a fondé une Église dans son village. Des villageois s’y sont rendus et ont trouvé la guérison. Après le culte, les visiteurs recevaient régulièrement du riz et la communauté a rapidement compté une centaine de membres réguliers.

Des voisins extrémistes exaspérés par le succès grandissant de l’Église ont fomenté un complot visant à tuer le pasteur Saam : une femme a demandé au pasteur de venir chez elle afin de prier pour elle. Mais à son arrivée, des adolescents ont pénétré dans la maison et l’ont roué de coups. Le pasteur relate : « Je ressens encore des douleurs dans les côtes. »

Même si la situation au village s’est calmée, les chrétiens sont continuellement confrontés à l’adversité et des membres de l’organisation extrémiste hindoue Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS) font continuellement pression sur les chrétiens pour les faire revenir à l’hindouisme. Bien sûr, ils font tout pour empêcher de nouveaux hindous de se convertir, notamment en ayant recours à la terreur.

Le fait que l’Église du pasteur Saam soit située sur un terrain appartenant à l’État ajoute aux inquiétudes des chrétiens, les autorités locales étant elles-mêmes influencées par le RSS : « Nous avons peur que l’Église ne puisse pas rester indéfiniment sur ce terrain. »

Malgré tout, Saam ne se laisse pas abattre : conjointement avec d’autres pasteurs de la région, il participe à un « forum pastoral » soutenu par CSI. Là, il peut avoir des échanges avec ses pairs au sujet de la situation critique des chrétiens en Inde. Il a aussi appris beaucoup de choses lors d’un séminaire animé par notre partenaire CSI Mme Anita * quant à ses droits et à la façon de se défendre lorsqu’il est confronté à de fausses accusations. Encore un sujet de joie : les changements observés dans son cercle familial : « Tant mon père que ma belle-mère (qui me battait il y a quelques années) se rendent aujourd’hui à l’église. »

Reto Baliarda

* Nom modifié pour des raisons de sécurité

En cliquant ici, vous pouvez faire un don pour les pasteurs et les Églises menacés.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Inde