Le « cas » Andrew Brunson – un grand sujet dans les médias suisses

02 août 2018

Les États-Unis exigent que le pasteur américain Andrew Brunson vivant en Turquie depuis 1993 et actuellement assigné à résidence, soit libéré immédiatement. Le cas du pasteur que CSI a rencontré à plusieurs reprises fait l’actualité dans la plupart des grands médias suisses en ligne.



Pendant vingt-trois ans, Andrew Craig Brunson a été le responsable de l’« Église de la résurrection » dans la ville turque d’Izmir. Le 7 octobre 2016, lui et son épouse Norine ont été arrêtés. Après quelques jours, Norine a retrouvé la liberté, mais pas son mari. Le pasteur Brunson est accusé de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ainsi que le mouvement du prédicateur musulman Fethullah Gülen ; ce dernier qui vit aux États-Unis est tenu pour responsable par le gouvernement turc de la tentative du coup d’État du 15 juillet 2016.

Le 28 septembre 2017, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé que le pasteur évangélique serait libéré à condition que les États-Unis extradent Fethullah Gülen vers la Turquie.

Après plus de six cents jours de détention, Andrew Brunson a pu récemment quitter la prison pour des raisons de santé. Il est maintenant assigné à résidence et n’a pas le droit de quitter la Turquie. Il doit se présenter à nouveau devant le tribunal, le 12 octobre. S’il est reconnu coupable, il peut encourir une peine de prison allant jusqu’à trente-cinq ans.

Plusieurs fois, CSI a fait état du cas du pasteur Brunson ; en juin 2018, elle a lancé un appel de protestation à l’ambassade turque de la Suisse. Il est évident qu’Andrew Brunson est utilisé par le gouvernement turc comme otage pour forcer l’extradition de Fethullah Gülen. CSI continue à lancer un appel au gouvernement turc d’abandonner les chefs d’accusation montés de toutes pièces contre le pasteur Brunson. Par ailleurs, CSI demande de prier pour le pasteur et sa famille, spécialement pour son état de santé.

Conflit entre les États-Unis et la Turquie

Le président américain Donald Trump et le vice-président Mike Pence réclament la libération inconditionnelle d’Andrew Brunson. Comme mesure de pression, les États-Unis ont imposé des sanctions contre les ministres turcs de la Justice Abdulhamit Gül et de l’Intérieur Süleyman Soylu : la fortune des deux ministres est gelée aux États-Unis et les Américains n’ont pas le droit de faire des affaires avec eux. La Turquie a condamné cette décision et menacé les États-Unis de contre-sanctions.

Reto Baliarda

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.