• Sri Lanka

L’avocat Dias en fuite après des menaces de mort

20 juillet 2017

Pendant de longues années, Lakshan Dias, avocat et activiste des droits de l’homme, s’est engagé en faveur des minorités, et a pu défendre les droits de nombreuses victimes d’attaques. Maintenant, il court le risque d’être relevé officiellement de ses fonctions à cause d’une déclaration à la télévision. Des menaces de mort lui sont parvenues, c’est pourquoi il a dû s’enfuir à l’étranger.



La situation des minorités au Sri Lanka devient de plus en plus difficile, et cela n’est pas parvenu aux oreilles de l’Occident… qui ignore encore davantage le fait que ce sont des moines bouddhistes et des bouddhistes fanatiques qui commettent de grandes agressions contre les personnes d’autres religions.

Récemment, la haine s’est exprimée envers Lakshan Dias, avocat et activiste des droits de l’homme bien connu. Le 14 juin 2017, la télévision l’a invité à une table ronde. Entre autres affirmations, il a mentionné que les attaques contre les minorités religieuses dans le pays devenaient de plus en plus fréquentes et violentes. Cette déclaration a jeté un immense trouble dans tout le pays. Le président Maithreepala, différents ministres et aussi de hauts représentants de l’Église catholique ont immédiatement attaqué publiquement l’avocat. Toutes les parties accusatrices ont nié catégoriquement l’allégation selon laquelle des bouddhistes fanatiques attaqueraient des personnes d’autres croyances.

Le ministre de la Justice a accordé un délai de 24 heures à Me Dias pour retirer publiquement sa déclaration, sinon il serait suspendu de ses fonctions. L’avocat, ayant basé sa déclaration sur des preuves tangibles, ne s’est pas rétracté. Certes, officiellement, il n’a pas encore été suspendu de ses fonctions, mais une procédure juridique a été entamée contre lui. La situation est très tendue. Les menaces de mort qu’il a ensuite reçues l’ont obligé à s’enfuir momentanément à l’étranger. 

Avec une déclaration écrite, d’innombrables personnes et organisations se sont rangées derrière Me Dias en exigeant l’annulation de la plainte et de l’hypothétique suspension qui le priverait de ses fonctions. CSI espère également que la situation se calmera bientôt pour les minorités au Sri Lanka.

Inés Wertgen, responsable CSI pour le Sri Lanka

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Sri Lanka