L’archevêque irakien remercie CSI pour son soutien

16 juillet 2016

Dans une communication, Mgr Yohanna Petros Mouche, l’archevêque syro-catholique de Mossoul, Kirkuk et Kurdistan, remercie CSI pour son soutien continu envers les chrétiens irakiens. Il déclare que ce qui se passe en Irak est un génocide et que, sans l’aide d’organisations comme CSI, les chrétiens irakiens n’auraient eu aucune chance de survivre.



Dans une communication récemment rédigée, l’archevêque irakien Mgr Yohanna Petros Mouche a remercié les organisations qui fournissent une aide et un soutien aux chrétiens irakiens : 

« Le gouvernement (irakien) était pratiquement indifférent à l’égard du sort de notre communauté. Une aide très restreinte a été offerte aux personnes chassées, notamment en ce qui concerne le logement, les moyens de subsistance, la prévention de la santé et la formation. Sans les actions de l’Église, le soutien du pape et l’aide d’organisations chrétiennes et d’utilité publiques, comme Church in Need, L’Œuvre d’Orient, Caritas, Christian Solidarity International, Salt Foundation et de nombreuses autres organisations d’Allemagne, de France, d’Italie, de Grande-Bretagne et des USA, nous aurions été voués à la mort. Nous leur sommes énormément redevables et leur exprimons notre plus profonde estime et notre respect pour leur soutien. » 

Des centaines de milliers sont forcés à fuir

Depuis 2003, plus d’un million de chrétiens irakiens ont quitté le pays. Des milliers ont été tués par des extrémistes religieux. Les attaques contre les chrétiens irakiens ont commencé en 2003, peu après l’invasion des USA, et ont continuellement augmenté avec les conflits locaux qui ont suivi. CSI soutient les chrétiens en Irak depuis 2007. 

En juin 2014, l’État islamique (EI) a renversé Mossoul, la deuxième ville d’Irak, et a chassé la population chrétienne qui y habitait. En août de la même année, l’EI a attaqué les villes de chrétiens et de yézidis dans les alentours de Mossoul : des milliers de personnes ont été tuées ou asservies, des centaines de milliers ont été obligées de fuir. Nombre de déplacés internes n’ont toujours pas de logement fixe et vivent dans des camps de réfugiés dans le Kurdistan de l’Irak du Nord. CSI soutient ces réfugiés par des dons humanitaires depuis le début de la terreur de l’EI. 

Conserver l’héritage chrétien

Dans sa communication, l’archevêque Yohanna Mouche continue : « À cause de la longue durée de l’exode et du manque de toute perspective, nos familles ont commencé à émigrer. Actuellement, moins de 30 000 d’entre eux sont encore au Kurdistan, et jour par jour ce chiffre diminue au point de nous faire disparaître complètement. Ce qui se passe est un génocide. »

L’archevêque a appelé à la libération des zones contrôlées par l’EI afin que les chrétiens irakiens puissent retourner dans leurs maisons et survivre comme communauté en Irak. « Nous ne sommes pas des criminels, continue-t-il, et nous n’avons pas manœuvré nous-mêmes dans cette situation. » On ne peut plus accepter la souffrance des chrétiens irakiens. Des garanties internationales sont nécessaires : pour la sécurité, pour la protection et pour des conditions de vie dignes en Irak. Si ces conditions sont réunies, selon l’archevêque Yohanna Mouche, la communauté chrétienne pourra rentrer et conserver son héritage – « sans quoi nous ne pouvons pas rentrer ».

Alexandra Campana

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Irak