« L’assassinat des chrétiens par l’État islamique est un message pour les musulmans » L’auteur Daniel Williams à Zurich

09 mai 2016

Pendant de nombreuses années, le journaliste Daniel Williams diffusait des informations au sujet du Moyen-Orient. Comme observateur des droits de l’homme pour « Human Rights Watch » en Égypte, il a constaté que les exactions contre les chrétiens suivaient une idéologie. Invité à Zurich par CSI, M. Williams a présenté son nouveau livre sur la persécution des chrétiens au Moyen-Orient.



« Les chrétiens du Moyen-Orient sont abandonnés à leur sort », a déclaré Daniel Williams à Zurich où, cinq ans après le Printemps arabe, il a été invité par CSI à tenir un exposé. En 2011 déjà, CSI avait lancé une alerte au génocide à l’encontre des chrétiens et d’autres minorités religieuses du Moyen-Orient. Récemment, le département d’État des USA a officiellement qualifié de génocide les crimes de l’État islamique (EI) contre les yézidis, les chrétiens et d’autres groupes. Cependant, presque simultanément selon M. Williams, ce même département d’État avait aussi déclaré ne rien vouloir entreprendre à l’encontre de ce génocide. 

La persécution des chrétiens n’est pas liée à la guerre 

Durant l’exposé, M. Williams a présenté son livre récemment paru Forsaken : The Persecution of Christians in Today’s Middle East qui évoque la crise actuelle au Moyen-Orient. En Irak, secoués par la guerre, les chrétiens n’ont tout simplement aucun défenseur : « Ils sont persécutés et chassés de leur patrie ». En ce qui concerne la Syrie, « il est difficile de penser à un avenir pour les chrétiens, quelle que soit l’issue de la guerre ».  

L’ancien correspondant au Moyen-Orient pour le Washington Post et le Los Angeles Times, M. Williams, a insisté sur le fait que la persécution des chrétiens n’est pas liée à la guerre : « Lorsque les chrétiens irakiens se sont enfuis de Mossoul, ils n’ont pas fui la guerre. » Ils sont restés à Mossoul pendant plus d’un mois lorsque la ville était déjà dominée par l’EI. Ce n’est que lorsqu’ils ont été confrontés à la soumission et à la conversion forcée à l’islam qu’ils se sont enfuis. Concernant l’Égypte qui n’est pas en guerre, M. Williams a dit : « Les chrétiens sont exposés au ‹ pouvoir de la rue › et n’obtiennent pas de protection de la police. Les chrétiens sont tués impunément. Les chrétiens palestiniens sont, selon M. Williams, persécutés par le gouvernement Hamas à Gaza. En huit ans, leur nombre a diminué de moitié. Ils se sentent de plus en plus isolés par l’islamisation du mouvement national palestinien en Cisjordanie. 

La persécution des chrétiens est un programme 

M. Williams s’est référé à son travail de journaliste et observateur des droits de l’homme pour Human Rights Watch pendant plusieurs années. « Je ne considérais pas la persécution des chrétiens au Moyen-Orient comme une problématique du Moyen-Orient en général jusqu’à ce que je me sois trouvé en Égypte pendant le Printemps arabe. Mais ici, c’est une idéologie qui est à l’œuvre. La persécution des chrétiens est actionnée par une idée. » M. Williams a expliqué comment l’idéologie du djihad radical s’est répandue depuis 1967, se basant sur les courants islamiques puritains du salafisme et du wahhabisme. « C’est pourquoi le Front al-Nosra, par exemple, considère nécessaire, non seulement de conquérir des villes en Syrie, mais aussi de brûler les églises et détruire les symboles chrétiens sur les sites conquis», a expliqué M. Williams.  

Actuellement, ce sont surtout les chrétiens qui sont attaqués, mais les musulmans sont les prochains. M. Williams a cité de nombreux exemples où des musulmans sont devenus la cible de la terreur djihadiste : des écrivains et savants célèbres, des femmes exigeant l’égalité des sexes ou de simples Irakiens qui voulaient protéger leurs voisins chrétiens. « L’assassinat de chrétiens par l’EI est un message pour tous les musulmans : ‹ Nous pouvons faire ou ne pas faire, sans rendre compte à personne ». 

L’Occident est complice et doit agir 

M. Williams a accusé les dirigeants occidentaux d’ignorer la menace qui pèse sur les chrétiens. Ainsi, l’ancien président américain George W. Bush aurait fait fi de la mise en garde du Vatican sur les conséquences que la guerre d’Irak entraînerait pour les chrétiens. L’actuel président Barak Obama essaie, par de belles paroles, de nier cette réalité que les chrétiens, comme groupe, subissent des persécutions. Cette négligence est monstrueuse, selon M. Williams : « L’Occident est complice de la persécution croissante des chrétiens ; c’est lui qui a envahi l’Irak et qui tolère des gouvernements qui violent les droits de l’homme. » 

M. Williams a sommé les puissances occidentales d’être conséquentes dans leur engagement pour l’égalité des droits au Moyen-Orient et leur demande d’augmenter leur soutien aux réfugiés chrétiens dans la région. Avant tout, les deux millions de chrétiens de Syrie doivent trouver un refuge convenable en Syrie et dans les pays voisins : « Comment est-il possible qu’en cinq ans, ni l’Europe, ni les USA, ni qui que ce soit au Moyen-Orient n’ait pris des dispositions adéquates ou n’ait apporté une aide cohérente aux réfugiés de la guerre de Syrie ? » 


Plus d’Informations 

L’exposé fait partie de la série de conférences de CSI intitulée « L’avenir des minorités religieuses au Moyen-Orient ». 

Vous trouverez les vidéos des exposés déjà présentés, ainsi que des informations en anglais sur : www.middle-east-minorities.com

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Égypte