• Égypte

La lumière doit briller dans les villages !

29 mars 2020

Une grande misère règne dans de nombreux villages de la Haute-Égypte. De plus, les chrétiens souffrent souvent de la discrimination et de la violence. CSI contribue à rompre le cycle de la pauvreté et de l’analphabétisme et permet de redonner de la vie à ces villages. Des concours de réaménagement transforment des vies et des villages.



Lorsque l’on se promène le soir dans le village de B. *, en Haute-Égypte, on peut rencontrer des enfants qui jouent ensemble, des personnes attablées autour d’une tasse de thé en profitant de la fraîcheur du soir, des hommes et des femmes qui se prélassent après une longue journée de travail. Mais cette atmosphère est nouvelle : il y a encore peu de temps, le village de B. était plongé dans l’obscurité après le coucher de soleil.

Prendre le taureau par les cornes

Comment la vie villageoise a-t-elle pu changer aussi radicalement en quelques mois ? C’est grâce à un concours de projets lancé par nos partenaires * ; ces derniers ont donné aux jeunes du village la mission d’identifier le problème majeur de leur village et d’y remédier. Les jeunes n’ont pas eu besoin de réfléchir longtemps : « Il fait trop sombre le soir ; nous n’osons plus sortir dans les rues la nuit. »

Armés d’un plan et d’un stylo, ils ont parcouru le village et indiqué avec minutie les endroits où il manquait des lampadaires ou si ceux-ci étaient défectueux. Leur travail a été présenté au maire et après un mois de discussions, un camion-grue est venu pour réparer les installations existantes et pour en installer d’autres.

Des élèves aménagent leur village

B. fait partie des onze villages dans lesquels nos partenaires mènent régulièrement de tels projets. Le temps de réalisation habituel : environ six mois. Des groupes d’une vingtaine d’élèves âgés de 12 à 15 ans identifient un problème et proposent une solution pour laquelle ils bénéficient d’un soutien à la fois logistique et technique.

Les groupes choisissent des projets d’infrastructure comme des réverbères, l’accès à l’eau potable, l’alimentation en gaz ou la mise à disposition de services de protection ou de sauvetage. D’autres groupes d’élèves prennent en main la gestion de problèmes sociaux tels les incompréhensions entre parents et enfants, le harcèlement sexuel, la délinquance juvénile, les divers excès constatés sur internet ou la persécution religieuse.

« Nous transformons le monde »

Aujourd’hui le village de B. s’illumine d’une nouvelle clarté, à l’image des visages de ses jeunes ! Ils ont réalisé quelque chose de grand ensemble. Lors de la fête de clôture du concours, ils ont même gagné le premier prix et ils ont pu expérimenter cette réalité : « Nous pouvons changer le monde lorsque nous commençons par nos villages ! » Et si l’un ou l’autre de ces jeunes se mettait à rêver de devenir un jour président de l’Égypte ?

CSI

* Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons pas nommer les partenaires CSI ni les villages concernés.


L’aide de CSI en Égypte

CSI est active en Égypte depuis l’an 2000. L’accent est mis sur les villages de Haute-Égypte qui connaissent une grande pauvreté et dont les habitants souffrent d’une absence de perspectives. CSI soutient des programmes visant à renforcer les communautés villageoises chrétiennes : cours d’alphabétisation, crédits de départ pour des femmes qui désirent ouvrir un commerce, campagnes d’information sur le thème des mutilations génitales ou du mariage des enfants, projets pour encourager les enfants et les jeunes, contacts avec les autorités, notamment en rapport avec l’établissement des cartes d’identité sans lesquelles les autorités n’accordent aucun subside.

CSI continue à soutenir la scolarisation de huit cents élèves (pour moitié chrétiens et pour moitié musulmans) dans l’école tenue par les sœurs franciscaines de Beni Suef.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Égypte