Interview de Norine Brunson : « J’ai souffert avec Andrew durant toute cette période »

24 janvier 2019

Le pasteur américain Andrew Brunson est resté emprisonné durant presque deux ans malgré son innocence. Comment son épouse Norine l’a-t-elle vécu, tiraillée entre l’espoir et l’accablement ? Où a-t-elle puisé sa force pour ne pas sombrer dans le découragement ? Interview de Norine Brunson.




« Nous remercions Dieu pour votre libération. » Signez la carte d’encouragement adressée à Andrew Brunson et à sa famille !

Andrew and Norine Brunson
via :
CSI-Suisse romande
Könizstrasse 176
CH-3097 Liebefeld




Dear Pastor Andrew and Norine

We have followed your case since your unjust imprisonment in Turkey until your release from prison in October 2018. We rejoiced with Christians around the world when the Turkish authorities finally allowed you to go.

Throughout the two years of your imprisonment we prayed God would give you strength and that you would be freed to continue your ministry. Our prayer now is that you will know God’s peace and discover His will for your future. May God richly bless you and your family.

Yours in Christ

Nous avons suivi votre histoire depuis votre emprisonnement injuste en Turquie jusqu’à votre libération en octobre 2018. Avec d’innombrables chrétiens du monde entier, nous nous sommes réjouis lorsque les autorités turques ont finalement permis que vous quittiez la Turquie.

Pendant les deux années qu’a duré votre incarcération, nous avons prié Dieu pour qu’il vous fortifie et que vous soyez libéré afin de poursuivre votre ministère. Maintenant, nous prions pour que vous fassiez l’expérience de la paix de Dieu et que vous découvriez sa volonté pour votre avenir. Que Dieu vous bénisse richement, vous et votre famille !


* case obligatoire

CSI : Norine Brunson, votre époux Andrew est resté emprisonné durant deux longues années en Turquie sur la base d’accusations fallacieuses. Comment avez-vous vécu cette période de séparation, d’angoisses et de peur ?
Norine Brunson : Le pire a été pour moi l’incertitude. En temps normal, nous pensons que les problèmes vont s’arranger si nous ne baissons pas les bras. Mais dans ce contexte, nous avons rapidement compris qu’il s’agissait d’un combat spirituel qui se jouait à un niveau supérieur. Quoi qu’il en soit, cela a été terriblement difficile.

Durant tout ce temps, il y a eu de nombreux revers. Vous ne pouviez pas vous rencontrer en famille. N’avez-vous jamais perdu l’espoir ?
Il m’est arrivé de frôler le désespoir. Globalement, j’avais confiance en Dieu qui allait libérer mon mari, mais je ne savais pas quand. Nous sentions bien que Dieu nous donnait des promesses et qu’elles faisaient partie de son plan pour nous. Je pensais donc : « D’accord, Seigneur, Andrew ne mourra pas en prison. » Mais il aurait très bien pu rester emprisonné dix ou quinze ans. »

Vous avez également passé treize jours en détention dans l’attente de votre expulsion du pays. Pourriez-vous nous décrire cette période ?
Nous ne savions pas ce qui se passait. Nous devions être expulsés, puis soudain nous avons été enfermés. Durant ces treize jours, nous n’avions aucun contact avec le monde extérieur, mais nous étions au moins ensemble. Les fonctionnaires refusaient de nous accorder un avocat et ne permettaient pas au consulat des États-Unis de prendre contact avec nous. De plus, nous n’avons pas pu changer d’habits durant cinq jours.

Dieu nous a promis une moisson en Turquie. Alors j’ai pensé : « Est-ce que Dieu permet que nous soyons en prison pour que tous les autres détenus viennent à la foi ? » Je me suis également demandé si nous reverrions un jour nos enfants. J’ai dit à Dieu qu’il fallait qu’il s’occupe d’eux. Nous étions totalement impuissants.

Andrew a beaucoup souffert, tant au plan physique que psychique. Comment avez-vous accepté cela en tant qu’épouse ? Arriviez-vous à rester forte pour lui ?
Durant tout ce temps si dur, nous avons aussi été richement bénis. Car nous savions que des chrétiens priaient pour nous dans le monde entier. Nous sommes reconnaissants pour cela. Je me suis littéralement « collée » à Dieu et j’ai passé beaucoup de temps dans sa présence.

Mais il était déprimant de voir souffrir l’homme que j’aimais le plus. J’ai donc beaucoup souffert avec Andrew. Et je me suis aussi réjoui avec lui quand il se réjouissait.

Vous avez dirigé ensemble une Église à Izmir. Comment avez-vous pu vous encourager mutuellement durant ce temps d’épreuve ?
C’est une Église magnifique. Mais elle est aussi soumise à une très forte pression. Plusieurs membres l’ont quittée. Mais ceux qui sont restés ont été fortifiés à travers cette crise. Je suis fière de notre Église qui est très forte et qui n’a jamais cessé de prier Dieu et de le louer durant la détention d’Andrew.

Vous avez habité à Izmir durant vingt-trois ans et pensiez faire votre vie en Turquie. Comment avez-vous vécu le fait de devoir quitter la Turquie tout en sachant que vous n’y retourneriez probablement jamais ?
Nous avons été évidemment très soulagés de retrouver la liberté. En même temps, nous étions tristes, car nous ne voulions pas quitter la Turquie. Nous voyons comment Dieu réalise de grandes choses en Turquie et guérit des hommes. Nous nous réjouissons de pouvoir passer plus de temps avec nos enfants aux États-Unis, mais la Turquie nous manque.

Morven McLean | CSI-Hongrie


Solidarité de CSI-Hongrie avec les Brunson

L’antenne CSI en Hongrie a un rapport privilégié avec Norine Brunson, qui est double nationale américaine et hongroise.

Peter Viz, le responsable de CSI-Hongrie, et son épouse Tünde se sont beaucoup investis pour faire libérer Andrew Brunson. Avec d’autres chrétiens, ils ont prié et jeûné sans relâche pour sa libération. Ils restaient en contact étroit avec Norine Brunson. Dans son émission qui passe toutes les deux semaines sur Radio Maria, Peter Vinz a régulièrement appelé à prier et à jeûner. CSI-Hongrie avait aussi envoyé une pétition pour demander la libération d’Andrew Brunson au Premier ministre hongrois Victor Orbán avant sa rencontre avec le président turc Recep Tayyip Erdoğan. Des proches de la famille du Premier ministre ont confirmé que Victor Orbán avait effectivement demandé à M. Erdoğan de faire libérer M. Brunson.


Déclarations d’Andrew Brunson

« J’ai passé deux années en prison sans savoir quand cela prendrait fin. J’aurais aussi pu passer toute ma vie derrière les barreaux, selon le réquisitoire du procureur.

Dans la vie, nous ne savons souvent pas comment les choses vont se dénouer. Il était important de rester près de Dieu et de garder l’espoir. Mais cela a été très dur.

Aujourd’hui, je suis heureux de ne pas être en Turquie, car j’y serais en prison. Mais Dieu a gravé la Turquie dans notre cœur, voilà le point central, outre notre amour pour ce pays et les gens de là-bas. »

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.