• Iran
  • Suisse

Ignazio Cassis répond à la lettre ouverte de CSI

23 novembre 2020

Le conseiller fédéral responsable du ministère des Affaires étrangères a effectué une visite d’État en Iran du 5 au 7 septembre 2020. Au cours de cette visite, il a rencontré le président Hassan Rohani. Avant le voyage, CSI lui avait demandé d’attirer l’attention du gouvernement iranien sur l’importance de la liberté de religion. Il répond à la lettre de CSI.



Dans sa lettre, le Dr John Eibner (directeur de CSI-Suisse) a exhorté le ministre des Affaires étrangères à évoquer les droits de l’homme et la liberté de religion auprès du gouvernement iranien, ainsi qu’à inviter le gouvernement de Téhéran à respecter la liberté de choisir et de changer de religion sans aucune menace ou coercition.

En outre, CSI a remis au conseiller fédéral Cassis une liste de chrétiens iraniens poursuivis par l’État parce qu’ils ont contribué à la conversion de musulmans au christianisme. La liste contient les noms suivants :

Le pasteur Victor Bet Tamraz, Shamiram Issavi, le pasteur Yousef Nadarkhani, Ebrahim Firouzi, Hadi Asgari, Amin Afshar-Naderi, Saheb Fadaee, Sam et Sasan Khosravi, Maryam Falahi, Marjan Falahi, Habib Heyddari, Pooriya Peyma et Fatemeh Talebi.

CSI a également mentionné les noms de quatre militants iraniens des droits de l’homme qui se trouvent dans une situation extrêmement difficile en raison de leur engagement : Nasrin Sotoudeh, Monireh Arabshahi, Yasaman Aryani et Moojgan Keshavarz.

John Eibner n’a pas caché qu’il y avait peu de chances que les autorités iraniennes soient convaincues par des arguments juridiques, mais il a espéré qu’elles feraient peut-être un geste de bonne volonté à cet égard.

M. Eibner a également exprimé l’espoir qu’après son retour, Ignazio Cassis serait en mesure de fournir à CSI des informations actuelles concernant les chrétiens et les militants des droits de l’homme menacés en Iran.

La réponse d’Ignazio Cassis

Dans sa réponse du 15 octobre 2020, le conseiller fédéral a évité d’aborder les cas spécifiques mentionnés dans la lettre de CSI. Il en a simplement pris note. Il a toutefois affirmé que certains des noms mentionnés dans la lettre figureraient sur une liste de cas suivis par la Confédération.

Le ministre des Affaires étrangères a expliqué que lors de sa visite en Iran, il avait attiré l’attention du gouvernement sur l’importance du respect de la liberté de religion. Après tout, cette liberté est un élément indispensable de la politique suisse en matière de droits de l’homme. Toute personne a le droit de changer de religion à tout moment sans crainte d’être opprimée ou exclue. « La discrimination des minorités religieuses ou les violations de leurs droits ne peuvent être tolérées. »

En conclusion, M. Cassis a souligné qu’il prenait ces préoccupations au sérieux : « Je continuerai à œuvrer pour que les droits de l’homme en général et la liberté religieuse en particulier soient respectés et promus. »

Reto Baliarda

La lettre ouverte complète de CSI à Ignazio Cassis et le reportage sur la visite d’Ignazio Cassis en Iran à la télévision suisse romande peuvent être consultés ici :

www.csi-suisse.ch/iran-cassis

https://rts.ch/play/tv/redirect/detail/11582926

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.