Discours d’investiture de son Excellence, le Général Salva Kiir Mayardit (extraits)

03 août 2011

Dans un discours solennel en anglais, le nouveau président Salva Kiir s’est adressé aux convives rassemblés et à son peuple. Nous en avons traduit quelques extraits.



« Au nom de Dieu et de la glorieuse révolution du peuple sud-soudanais, je vous souhaite la bienvenue à cet événement historique. […]

Nous avons été bombardés, maltraités, asservis et nous avons été traités moins bien que des réfugiés dans notre propre pays. Nous pouvons pardonner, mais nous n’oublierons jamais ! […]

Que ce jour inaugure une nouvelle période de tolérance, d’unité et d’amour réciproque. Que nos différences culturelles et ethniques soient une source de fierté et de force et non de repli sur soi ou de discorde. […] Nous sommes tous des Sud-Soudanais. Nous pouvons être Zandé, Kakwa, Nuer, Toposa, Dinka, Lotuko, Anuak, Bari ou Shilluk mais gardez toujours à l’esprit que nous sommes avant tout des Sud Soudanais. […]

En tant que pays indépendant, nous devons mettre la priorité sur le développement de nos prestations et sur notre propre croissance. Ceci n’est réalisable qu’avec un gouvernement dont le premier but est l’intérêt public, le deuxième l’intérêt public et le dernier, encore et toujours l’intérêt public !

Lors de la phase d’intérim, la corruption au niveau du gouvernement était pour nous un des plus grands problèmes. Dans l’intérêt du développement de notre pays […], il est primordial pour nous de lutter contre ce fléau avec dévouement, rigueur et engagement. En tant que président je promets solennellement de tout faire pour éradiquer cette tumeur. […]

Laissez-moi conclure en termes clairs : nous célébrons aujourd’hui notre liberté et notre indépendance, mais j’assure à la population d’Abyei, du Darfour, du Kordofan du Sud et du Nil Bleu que nous ne les avons pas oubliés. Quand vous pleurez, nous pleurons avec vous et quand vous saignez, nous saignons avec vous. Je vous jure aujourd’hui que nous trouverons pour tous une paix juste. […] Un proverbe africain dit : La nuit peut être longue, mais le jour poindra sûrement ! Laissez-moi vous dire : je vois la lumière au bout du tunnel. Aujourd’hui nous voulons fêter, mais nous commencerons dès demain à travailler. »

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Soudan du Sud