Des visages radieux

15 janvier 2015

Fin 2014, une équipe de CSI s’est rendue en Inde pour visiter les victimes des pogroms de 2008. Quelque 50 000 déplacés ont tout perdu. Grâce à l’aide de CSI, ils sont de plus en plus nombreux à pouvoir prendre un nouveau départ.



Alors que nous approchons du village, nos voitures sont obligées de s’arrêter. Les habitants sont sortis du village pour nous souhaiter la bienvenue ! Au son des crécelles, des tambourins et des chants, ils nous emmènent dans leur église. Là, ils nous couvrent de guirlandes de fleurs.

Ils s’asseyent ensuite à même le sol tandis que le pasteur prononce un bref discours de remerciement. Notre partenaire de mission, Pran Parichha, prend ensuite la parole. Il vient d’être nommé évêque de la Community Church of India pour l’État d’Odisha. Enfin, nous adressons nous aussi quelques mots d’encouragement à ces gens.

Les séquelles de 2008

Nous nous trouvons dans un village du district du Kandhamal (État d’Odisha). Les personnes présentes ont survécu aux attaques perpétrées en août 2008 par des extrémistes hindous qui, durant des jours, ont pillé et incendié des villages habités par des chrétiens. Les attaques ont fait une centaine de morts et plus de 50 000 chrétiens se sont retrouvés sans abri et démunis. À l’heure actuelle, ils n’ont pas tous retrouvé une vie normale. De nombreuses personnes souffrent de malnutrition, la mortalité infantile s’élève à environ 25 % et certains habitants ont encore des dettes, car personne ne les soutient.

Redevenir autonome

Pradeeb (prénom fictif ; figure de couverture) nous raconte ce qu’il a vécu et ce que l’aide de CSI a produit dans sa vie. Il a tout perdu dans les pogroms de 2008 et luttait depuis lors pour survivre. En juin 2014, on lui a proposé de participer à un programme agricole (cf. encadré), ce qu’il a accepté avec reconnaissance. « Je suis très soulagé de pouvoir travailler ici. Un grand merci de nous avoir aidés au travers de nos difficultés. »

Avec fierté, un habitant du village nous remet un chou qu’il vient de récolter. Nous faisons encore un tour dans les champs et rencontrons à cette occasion la femme de Pradeeb et son fils. Autour de nous, il semble que tous les visages sont rayonnants. Cultiver des choux et du riz permet aux chrétiens opprimés de s’épanouir. Un grand merci pour votre aide, qui permet de leur offrir un nouveau départ.

Adrian Hartmann


Programme agricole

Le Kandhamal est si fertile qu’on peut y réaliser quatre récoltes par an. Nous fournissons aux populations pauvres des semences et les outils nécessaires. Une partie de la récolte est vendue pour acheter de nouvelles semences. L’argent restant est employé pour construire des infrastructures. Actuellement, notre programme agricole profite à 250 familles.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Inde