• Népal

De nouvelles perspectives pour les victimes chrétiennes de la pandémie

29 novembre 2020

La crise du Covid-19 a largement paralysé l’économie népalaise. Des centaines de milliers de travailleurs ont perdu leur emploi. Les partenaires de CSI font tout leur possible pour soutenir les personnes désespérées. Grâce à des aides à la création de petites entreprises, les familles chrétiennes ont une nouvelle perspective.



Après le confinement du printemps, le gouvernement népalais en a imposé un deuxième le 20 août 2020 afin d’endiguer la propagation de la maladie. Une fois de plus, les victimes sont les simples travailleurs et les journaliers.

« Nous aimons ce travail »

Parmi eux, Bikash Praja habite dans le district de Chitwan, au sud-ouest de la capitale Katmandou. Ce chrétien père de trois enfants travaillait comme journalier dans différentes fermes. Mais depuis le confinement, sa famille est face au néant. Il n’avait aucun fond à investir dans une nouvelle activité.

Avec l’aide financière apportée par le partenaire népalais de CSI Stephen Adhikari *, Bikash a pu mettre en place un élevage de poules. « Je remercie Dieu de pouvoir désormais nourrir ma famille. Nous sommes très heureux de pouvoir gérer cet élevage de poules. Nous nous occupons des poules en famille et nous en prenons vraiment soin : nous ne voulons pas gâcher ce cadeau. »

Un élevage de chèvres

Bhakta Bahadur Chepang habite dans la même région. Ce père de cinq enfants n’a pas trouvé de travail régulier depuis le premier confinement. Bhakta et son épouse sont reconnaissants à CSI d’avoir pu bénéficier d’une aide qui leur a permis d’acheter quelques chèvres : « Ma femme s’occupe de ces chèvres comme si elles étaient ses propres enfants. Nous espérons qu’un jour nous aurons un grand élevage et que d’autres personnes pourront en profiter. »

Kamal Chepang vient de Chitwan. Comme Bikash et Bhakta, il fait du bénévolat dans son Église depuis plusieurs années. En tant que chrétien et membre d’une ethnie marginalisée, le quotidien de Kamal était déjà difficile avant le confinement. Depuis la crise du Covid-19, ce journalier doit se battre encore davantage pour survivre. Notre partenaire Adhikari a rapidement compris la situation critique de Kamal et lui a permis d’acheter un veau de buffle. « J’ai du mal à croire en mon bonheur. Dans cette situation désespérée, j’ai trouvé un nouvel espoir. »

Reto Baliarda

* Nom fictif

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Nous serions heureux que vous nous fassiez part de vos réactions ou de vos ajouts. Tout commentaire hors sujet, abusif ou irrespectueux sera supprimé.

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Népal