Au secours des affamés

19 mars 2015

Pour beaucoup de Sud-Soudanais, le début de l’été marque le début d’une lutte pour la survie. Or, cette année, la lutte a commencé en hiver déjà. CSI distribue des denrées alimentaires pour les aider à court terme, mais aussi des semences pour le plus long terme.



Les habitants de l’État du Bahr el-Ghazal du Nord, où CSI rapatrie les esclaves affranchis, sont à la merci des conditions météorologiques. La plupart des gens vivent de l’agriculture et sont ainsi dépendants des récoltes. Ils ne peuvent guère faire de réserves. La période la plus problématique est celle qui se situe entre les semailles en mai et la récolte en août.

Une météo défavorable

L’an dernier, la saison des pluies a commencé plus tôt que d’habitude, en avril déjà. Les Soudanais ont donc pu commencer à semer très tôt. Malheureusement, en juin et durant la première quinzaine de juillet, il n’a pas plu une seule goutte, alors qu’on est habituellement en pleine saison des pluies. Les champs se sont donc asséchés. Pour compliquer encore la situation, les pluies sont revenues pendant quelques jours en août, mais avec une rare violence, ravageant encore de nombreux champs. Les récoltes de cette année ont donc été bien maigres, permettant de se nourrir pendant quelques mois seulement. Et la lutte pour la survie a commencé bien plus tôt que d’habitude.

CSI fournit une aide alimentaire

Mi-février 2015, notre collaborateur Franco Majok s’est rendu dans cette région afin de coordonner l’aide aux affamés. Il raconte : « De nombreuses personnes ont quitté leur village. Elles vivent dans des campements de fortune, espérant y recevoir quelque chose à manger. Faute de mieux, ils se nourrissent de ce qu’ils trouvent dans la nature : des feuilles bouillies et des fruits à coque qui sont en fait toxiques et qu’il faut cuire plusieurs fois pour les rendre comestibles. » 

L’aide de CSI consiste à partager de grandes quantités de céréales et d’arachides. Avant la saison des pluies, CSI distribuera en outre des semences. Dès le mois de mai, les habitants pourront ainsi ensemencer leurs terres. Reste à espérer que cette année, la récolte sera meilleure.

Adrian Hartmann 

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Soudan du Sud