• Soudan du Sud

Aidez les affamés à survivre !

15 juin 2015

La récolte de l’année dernière a été si mauvaise que certains Sud-Soudanais souffrent de la fin depuis le mois de novembre ! Ils sont toujours plus nombreux dans ce cas et la situation s’aggrave de jour en jour. CSI veut faire tout son possible pour empêcher une famine meurtrière !



« Je n’ai jamais vu ça dans ma jeunesse », raconte Franco Majok bouleversé. « Les gens cueillent les feuilles des buissons pour ne pas mourir de faim. » Franco Majok a lui-même grandi au Soudan du Sud. Il coordonne notre mission de libération d’esclaves et il œuvre actuellement aussi contre la famine. 

Durant ces derniers mois, la situation sur le plan de l’approvisionnement a connu un terrible déclin. En effet, les relations avec le Soudan (Nord) sont très tendues et les frontières sont régulièrement bloquées. Or les récoltes catastrophiques de l’an dernier rendent les Sud-Soudanais totalement dépendants des importations de l’étranger. En avril et mai 2015, nous avons rassemblé la totalité des réserves de sorgho à Aweil et à Juba, la capitale sud-soudanaise : nous avons comptabilisé 128 tonnes encore disponibles. Franco a soigneusement déterminé quelles familles devaient absolument obtenir de l’aide ; 1750 familles ont reçu du sorgho pour deux mois. En outre, des pioches et des semences ont été mises à disposition pour permettre les semailles de cette année. Mille familles particulièrement nécessiteuses ont encore reçu une chèvre laitière. 

« La famine atteindra son point culminant en juin et juillet, déclare Franco. C’est la période où des personnes pourraient mourir de faim. » Coûte que coûte, nous devons empêcher ces morts atroces ! Il faut encore acheminer du sorgho depuis l’Ouganda. Il en manque au moins 50 tonnes pour tenir jusqu’à la prochaine récolte en août. Vous aussi, mobilisez-vous pour préserver les personnes de la mort. Merci infiniment ! (Plus d’informations dans l’encart)

Adrian Hartmann


Aide contre la famine

Le sorgho (sorghum) est une variété de mil à gros grains qui fait partie des denrées alimentaires de base au Soudan du Sud. CSI a déjà pu apporter une aide à plusieurs milliers de personnes : 

  • 128 tonnes de sorgho
  • 1000 chèvres laitières
  • 2020 pioches et des graines de sorgho
  • 2020 pioches et des graines d’arachides.

Au moins 50 tonnes de sorgho sont encore nécessaires pour tenir jusqu’à la prochaine récolte en août.

Veuillez donner votre avis sur cet article !

Mina

26.05.2017 13:52

Bonjour Mr Hartmann, J'ignore jusqu'ou la cupidite et l'egoisme humain nous conduira .Depuis que j'ai vu cette semaine le temoignage de cette maman et son enfant cadaverique sur le journal de 20h ,je n'ai pu fermer l'oeil.!Nous sommes des etres egoistes et indifferents a ce qui nous entoure.On est malheureux car on n 'a pas la robe ou le pontalon vus dans la vitrine.Des gens se lamentent car ils ne sortent pas souvent au resto ou leus vacances n'etaient pas aussi fameuses qu'ils l'auraient souhaite !Dieu que c'est lamentable....si lamentable .Je ne suis pas riche ,j'ai un tout petit salaire mais je n'ai pas faim et je ne sais de quoi sera fait mon lendemain.Mais une chose est sure aussi petite soit elle ,cette aide que je voudrais apporter a ces malheureux enfants me permettra d'avoir l'estime de moi meme.Alors comment faire? Les associations ne m'inspirent pas trop ,guidez moi je vous prie. Mina


CSI

31.05.2017 12:58

Bonjour Madame, Je voudrais vous remercier de tout cœur pour votre message et pour votre compassion. Il est si vrai que l’égoïsme et l’indifférence semblent suffoquer notre société, nous rendant presque aveugles à la souffrance d’autrui, ici ou à des milliers de kilomètres. Et pourtant, ce sont des êtres comme nous ! Vous nous demandez ce que l’on peut faire, une question si essentielle. La première étape, vous la faites déjà : ne pas se laisser gagner par l’indifférence. En ce qui concerne l’apport d’une aide concrète, je peux comprendre votre méfiance à l’égard des associations. CSI est une petite organisation : nous nous engageons là où l’on peut véritablement faire une différence avec les moyens que l’on a. Le Soudan du Sud est l’un des pays où nous nous engageons le plus, et ce depuis le début des années 1990. Ainsi, nous avons pu acquérir les connaissances nécessaires et nouer de solides contacts pour mener notre travail au mieux. Le responsable CSI pour le Soudan du Sud, avec qui je travaille directement, se prépare en ce moment pour notre prochaine action contre la faim, qui aura lieu début juin dans le nord-ouest du pays. Il s’agira de distribuer de la nourriture mais aussi des graines et des outils agricoles pour la récolte à venir. Avec la famine, les graines qui avaient été mises de côté pour la prochaine récolte ont été utilisées comme nourriture et sans nouvelle récolte, la crise alimentaire se prolongera. Vous pouvez trouver les détails de notre dernière action (fin mars – début avril) ici : https://csi-suisse.ch/article/laide-alimentaire-commence/ et notre appel en lien avec la famine au Soudan du Sud ici : https://csi-suisse.ch/article/crise-de-famine-faut-aider-de-toute-urgence/. Je me tiens également à votre disposition pour toutes questions supplémentaires. Meilleures salutations, Hélène Rey Assistante CSI


Le commentaire a été envoyé.

Le commentaire a été envoyé. Après avoir été vérifié par l'administrateur, il sera publié ici.

Programme Soudan du Sud